Et soudain, percevoir les choses sous un autre angle

Fin janvier, on est allé passer un petit week-end à Florence. On connaissait déjà la ville, mais plutôt de l’extérieur. En plein été les musées sont pris d’assaut, on avait donc renoncé pour profiter du beau temps et des points de vue sur la ville (notamment depuis le jardin Boboli). Cette fois-ci, avec une température proche de 0 degré, et un soleil qui se couche très tôt, Florence s’était vidée de son trop plein de touristes et on a pu visiter quelques uns de ses beaux musées.

Et notamment la galerie des Offices, LE musée de la Renaissance italienne. Mais de cette visite, ce n’est pas Le Printemps ou La Vénus de Botticelli que je retiendrai. C’est ce tableau, d’un peintre inconnu de l’école de Fontainebleau, qui inaugure l’article. Parce que j’ai cru un instant le reconnaître et puis non. Il est tellement semblable au fameux tableau de Gabrielle d’Estrée au bain. Je vous laisse juge avec le tableau en question :

gabrielle d'estrée
Gabrielle d’Estrée au bain – école de Fontainebleau

Il semble que ce soit la même scène représentée, mais avec des intentions ou des significations cachées différentes. Dans un cas on perçoit une scène derrière, dans l’autre seulement un rideau fermé, dans l’un la bague est mise au doigt, dans l’autre juste montrée au spectateur. Quelque soit le tableau, il se dégage de cette scène de bain une atmosphère bien étrange.

Ce dont je voulais vous parler ici, ce n’est pas tant de ces tableaux, mais bien de cette sensation d’être en présence de quelque-chose de familier, mais d’aussi un peu différent. Comme si soudain quelque chose de connu, d’habituel prenait une toute autre dimension, parce qu’on l’observe avec un nouveau regard.

En ce moment, je suis totalement en train de réévaluer mon regard sur des choses familières. J’ai choisi de changer de pays, de langue et de profession. Et pourtant je suis toujours la même, c’est juste que j’ai du chausser de nouvelles lunettes pour regarder la réalité autrement. Le fait d’habiter ailleurs m’a ouvert tout un champ de questionnement sur « qui suis-je finalement ? ». Parce qu’on a une fâcheuse tendance à se confondre dans son environnement, et que quand ce dernier change, on perd ses repères. Moi, j’ai du réapprendre à me définir, en passant de « j’ai un CDI, un appart à Paris et un amoureux à Toulouse » à « je monte mon projet d’entreprise, j’ai déménagé à Rome et j’habite avec mon amoureux ». Des réalités qui changent en creux, parfois avec plus de douceur, et parfois non sans douleurs …

Mais aujourd’hui, je me sens plus forte de ce changement de perspectives. J’ai beaucoup appris sur moi. J’ai appris à me centrer sur ce qui était important pour moi, et à continuer de percevoir ce qui m’est familier, même si je le regarde sous un autre angle !!

 

Publicités

Une réflexion sur “Et soudain, percevoir les choses sous un autre angle

  1. Tu as fait le bon choix, j’en suis sûre 😉 Un peu d’aventure, ça fait du bien..
    Très beau tableau au passage (j’ai cru le reconnaître au début aussi !)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s